top of page

Bail de logement : le mécanisme de résiliation au terme de l’article 1973 ccq

Par Me Jimmy Troeung, LL.M, J.D

Courriel : jimmy@jtdroit.info


Un locataire reçoit une ordonnance selon 1973 du Code civil du Québec et refuse de s’amender, que faire ?


Comment fonctionne une demande fondée sur une résiliation fondée sous l'article 1973 du Code civil du Québec, lequel prescrit ce qui suit :


« 1973. Lorsque l'une ou l'autre des parties demande la résiliation du bail, le tribunal peut l'accorder immédiatement ou ordonner au débiteur d'exécuter ses obligations dans le délai qu'il détermine, à moins qu'il ne s'agisse d'un retard de plus de trois semaines dans le paiement du loyer.

Si le débiteur ne se conforme pas à la décision du tribunal, celui-ci, à la demande du créancier, résilie le bail. »


l'article 1973 C.c.Q. s'apparente à l'injonction. Lorsqu'une ordonnance est préalablement émise par un juge adminisrratif, ce dernier doit tenir une audition avant de prononcer la résiliation. Comme on le sait, le défaut de respecter une ordonnance de la Cour ou une injonction est sanctionné par un outrage au Tribunal. Par contre, dans le cadre d'une ordonnance de l'article 1973 C.c.Q., la sanction est la résiliation.


Lorsqu'une ordonnance est émise conformément à l'article 1973 du Code civil du Québec précité, la seule preuve du défaut du locataire de respecter une telle ordonnance entraîne la résiliation du bail et le Tribunal n'a plus discrétion pour décider, par exemple, qu'il y a lieu de réitérer l'ordonnance ou refuser la résiliation.


Ceci étant, le Tribunal doit quand même entendre la preuve pertinente présentée pour constater si, depuis que l'ordonnance a été émise, le défaut est réel et en lien avec la nature des ordonnances émises, s'il y a eu renonciation à l'ordonnance prononcée ou transaction entre les parties depuis.


Lorsque le Tribunal vient à la conclusion que l’ordonnance n’est pl Tribunal ne peut exercer une discrétion judiciaire pour pallier à la résiliation dans la mesure où la contravention est avérée. Cette discrétion a déjà été exercée au stade de l'émission d'une ordonnance en lieu et place de la résiliation immédiate.


AVIS : Ceci n’est qu’une information juridique d’ordre générale et ne constitue en rien une opinion juridique précise. Si vous avez des questions plus pointues et que vous désirez une opinion juridique viable sur votre situation particulière, vous pouvez me contacter en message privé ou par courriel à jimmy@jtdroit.info

28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Bail de logement : loyer de faveur

Par Me Jimmy Troeung, LL.M, J.D Courriel : jimmy@jtdroit.info Lorsque vient le temps de fixer le loyer devant le Tribunal administratif du logement ( en cas de contestation du locataire d’accepter le

コメント


bottom of page